martedì 14 gennaio 2020

Vaticano
Polémique autour du livre de Benoît XVI: le pape émérite a bien écrit cet ouvrage avec le cardinal Sarah
Le Figaro
(Jean-Marie Guénois) Au lendemain des révélations du Figaro sur la sortie de ce plaidoyer en faveur du célibat des prêtres, certains ont avancé qu’il n’était pas de sa main. Or son secrétaire particulier confirme qu’il a bien rédigé sa propre contribution et que son nom restera bien sur la couverture.
La sortie annoncée du livre de Benoit XVI et du cardinal Sarah, «Des profondeurs de nos cœurs», pour défendre le célibat sacerdotal, publié par Fayard ce mercredi et dont Le Figaro a dévoilé les bonnes feuilles dans ses éditions de lundi, a suscité une vive polémique à Rome. Dans la soirée de lundi, plusieurs journalistes, sur la base d’informations de «l’entourage» de Benoît XVI, ont affirmé que le texte publié dans ce livre n’était pas du pape émérite. Mais sans élément de preuves.
L’authenticité du texte de Benoit XVI - confirmée par Le Figaro et d’autres médias mardi matin auprès de son secrétaire particulier, Mgr Georg Gänswein - ne peut en aucun cas être mise en doute.
Les critiques ont en outre porté sur le fait que le pape émérite n’aurait pas été clairement informé du projet de publication de son texte dans un livre avec le cardinal Sarah.
Dans la matinée de mardi, le cardinal Sarah a affirmé par communiqué que le pape Benoît XVI a été clairement informé de ce projet de livre et qu’il l’a effectivement approuvé dans sa totalité, tant sur le fond que sur la forme. Ce que ne dément pas Mgr Gänswein: «Ce n’est pas un livre écrit à quatre mains avec le pape Benoît XVI mais c’est un livre avec une contribution du pape émérite», a-t-il confié au Figaro. L’ouvrage est constitué de deux textes, le premier de la main de Benoît XVI, le second du cardinal Sarah. «Pas une virgule n’a été modifiée, son texte est à 100 % de lui», a attesté Mgr Georg Gänswein.
Un troisième point de doutes a porté sur la rédaction de l’introduction et de la conclusion de l’ouvrage, seules parties du livre effectivement co-signées par les deux auteurs, Benoît XVI et Cardinal Sarah dans la version française. Il apparaît après enquête du Figaro, à la suite de cette polémique, que ces deux textes n’ont pas été formellement rédigés à quatre mains mais que Benoît XVI les a bien relus et «approuvés».
C’est pourquoi l’édition italienne et les suivantes, ainsi que la seconde édition de l’édition française, devront indiquer pour l’introduction et la conclusion, la mention «rédigé par le cardinal Sarah, lue et approuvée par le pape Benoît XVI». Cette précision a été décidée d’un commun accord mardi matin par le secrétaire de Benoît XVI et le cardinal Sarah, lequel l’a twitté sur son compte.
Dernier point de polémique, la couverture du livre. Dans les autres éditions et dans la seconde édition française, elle devra indiquer, comme l’ont confirmé mardi au Figaro le cardinal Sarah et Mgr Gänswein: «Cardinal Robert Sarah, avec la collaboration de Benoît XVI». Et non pas «Cardinal Sarah» seulement, avec le retrait du nom de Benoît XVI, comme affirmé ici et là.
Fonte