lunedì 3 luglio 2017

Urbi et Orbi - La Croix
La «coordination anti-balaka», groupe armé centrafricain, a démenti, jeudi 29 juin, avoir envoyé des émissaires aux négociations de Rome, conduites sous l’égide de Sant’Egidio, et à l’issue desquelles deux signataires se réclamant du groupe armé ont signé l’accord de paix en Centrafrique. « Les signataires qui disent avoir signé n’ont pas eu d’autorisation de ma part d’aller à Rome. (On) n’est pas signataire », a expliqué jeudi 29 juin à l’AFP Edouard Patrice Ngaissona, responsable de la « coordination anti-balaka » (...)