lunedì 17 aprile 2017

lejdd.fr
Après une série d’attentats, les Coptes critiquent le silence imposé par leur Église, soumise au régime d’Al-Sissi. Près du monastère Saint-Mina, des chrétiens brisent le silence du cortège des funérailles : "Si le sang des Egyptiens ne vaut rien et celui des Coptes encore moins, renversons le président!" "La colère monte, explique Peter, chauffeur de microbus venu lui aussi exprimer sa peine. Le gouvernement ne fait que du “média sensation” autour des Coptes, rien ne change vraiment." (...)