sabato 26 novembre 2016

LaPresse.ca
(Mathieu Perreault) Ces dernières semaines, le pape a rencontré des représentants chinois et vietnamiens, alors que les ponts étaient coupés depuis la naissance des deux régimes communistes. Pour ces derniers, il est difficile d'envisager la liberté de culte et, surtout, l'obédience des évêques au Vatican, un pouvoir étranger, occidental de surcroît. Comment opère-t-il ce rapprochement ? Le pape François a reçu cette semaine le président vietnamien, Trân Dai Quang, au Vatican pour un « entretien amical ». Cette visite, la première d'un chef d'État des pays communistes (...)